AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujetRépondre au sujetPartagez|

» charlie «

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar



Messages : 35


MessageSujet: » charlie « Lun 14 Mar - 2:20




CHARLIE BURTON



ft Steven Strait


Ma vie n'est pas une tragédie.
Rien qu'une comédie qui tourne mal.

rescapé ; nouveau



» Carnet de santé «

Cet hôpital. J'ai passé autant d'heures dans ses couloirs que penché sur les cordes de ma propre guitare. J'y ai perdu des combats avant même de comprendre que l'on se battait, lui et moi. J'ai saigné, pleuré, souffert, eu peur, mal, froid, y ai laissé tant de traces que d'espoirs et en suis chaque fois reparti changé à jamais. Il a vu nombreux de mes âges et de mes états défaits et de mes défaites à chaque étage. Il a collecté ça et là des lambeaux de mon âme qu'il a flanqué dans ses murs, dans le toit, les lumières et la peinture pour qu'à chaque visite, tout me revienne à l'envers. L'endroit me connait, aussi bien que je me connais moi.


» En détails «

01 × La main. J'avais huit ans et la surprise de voir un vélo rouge, un vrai bolide pour mes petites jambes, m'attendre devant la maison. J'ai voulu courir emprisonner la taille de Maman avec mes bras mais j'ai pas pensé à bloquer la porte. Je savais qu’il le fallait parce qu’ils le faisaient toujours, qu’ils me l’avaient appris après m’avoir appris à dire merci. Je le savais mais j’y ai pas pensé, parce qu’elle était dans un coin de ma tête et que tous les coins de mon cœur, eux, l’ignoraient. Elle s'est refermée sur ma main droite qui s'est déformée dans l'instant. J'ai brisé plusieurs os et ouvert une plaie dont la ligne court encore de mon pouce au poignet. Ils m'ont recousu, je savais pas qu'on se recousait. J'ai pas pu essayer mon vélo avant des semaines. J'ai pas pu serrer leurs mains dans les miennes.

02 × L'accident. J'avais douze ans quand on est morts tous les trois. Papa et Maman le sont restés, mais pas moi. Moi, j'avais de la chance. Et j'ai plus jamais souhaité en avoir depuis. J'ai hurlé, j'ai attendu, j'ai pas compris pourquoi on ne les a jamais recousus, eux aussi.

03 × L'arcade sourcilière. Je m'étais battu dans ma nouvelle école, contre un tout nouvel ennemi : un surnom, le mien, inédit. L'Orphelin. C'était pas moi, c'était pas moi et je flanquais ce mensonge hors de leurs bouches, armé de n'importe quoi. C'était pas moi, ça se pouvait pas. Ma grand-mère pleurait quand elle m'a retrouvé à l'hôpital, près des autres qui avaient mal. J'étais tout seul. Ils étaient trois. C'était pas juste. Nous aussi, on était trois avant que j'ai de la chance. Il y avait du sang sur ma cicatrice blanche.

04 × L'anévrisme. J'avais seize ans quand elle est tombée subitement. On était ensemble, j'ai eu de la chance. Je l'ai recueille dans mes bras en appelant les secours qui, on aurait dit, ne sont pas arrivés avant des jours. Elle était déjà loin quand ils m'ont poussé du chemin. Je lui ai parlé jusqu'au bout, jusqu'à ne plus pouvoir chanter du tout.

05 × Les côtes. J'avais jamais entendu une alarme sonner si fort, si près de mon cœur. J'avais jamais senti autour de mes poignets le métal des menottes froid comme la mort. Ils m'avaient accroché au lit d'hôpital, comme si j'étais en état de me faire la malle. C'était la première fois qu'on me soignait sans sourire, qu'on s'occupait de moi à reculons, qu'on m'envoyait des infirmières comme des mômes dans une mine de charbon. J'étais seul, à l'abri de leurs regards compatissants. J'étais sale, rompu par une chute qui m'a coupé le souffle et brisé le flanc. J'avais des bandes autour du ventre, quand ils ont annoncé la sentence. Trois ans. Et que ça serve d'exemple. Ça aurait pu être pire. J'ai eu de la chance.

06 × La renaissance. J’étais amoureux. Elle m’aimait aussi. Et entre nous deux battait à tout rompre le cœur fragile de notre fils. Il s’est affolé une fois de trop, quelques semaines trop tôt, et on a couru s’enfermer dans une prison de verre et de taule, la même qui a laissé ses traces partout sur ma peau. J’ai pu serrer fort sa main dans la mienne. J’ai pu river mes bras tout autour de sa taille. J’ai pu parler jusqu’à savoir chanter encore, tandis qu’elle se tuait dans l’effort. Ils m’ont abandonné dans le couloir où j’avais déjà tant saigné sans s’occuper de ma tête qui menaçait de foutre le camp. J’ai perdu mes esprits et j’avais beau chercher à mes pieds, personne ne les avait piétinés. Ils étaient nulle part. Ils étaient pas dans les regards inquiets des docteurs qui les achevaient ni dans les échos des jours sombres où j’ai eu de la chance. Ils étaient pas dans mon crâne, alors il s’est mis à faire froid dans mon âme. Et puis l’un d’entre eux a retrouvé le chemin de mon oreille le temps de murmurer le nom d’un ange, comme un secret. Ashley. Elle n’a mis qu’une minute, on aurait juré, avant d’arriver. « Je suis désolé. » j’avais gémi contre les cheveux de ma meilleure amie. Elle s’en foutait, d’avoir été réveillée. Elle n’aurait voulu se trouver nulle part ailleurs au monde. Rien d’autre n’avait d’importance. Mes esprits sont revenus en rampant le long de ma cicatrice blanche.

On était deux. C'était pas juste. J'ouvrais les fenêtres, pour pas me sentir enfermé derrière leurs portes qui nous cachaient tout mais pas leurs craintes épaisses comme le silence. Ashley tenait mes mains musiciennes entre les siennes. Quand son cri a déchiré la nuit, j'ai tout de suite reconnu la voix de mon fils. Et c'est auprès du corps meurtri de Sofia que mon amie m'a présenté un tout nouvel ami : un surnom, le mien, inédit. Papa. C'est moi, c'est moi.

» Liens & Accointances «

Olsen, Sofia × Je l'aime à mourir depuis des années aux creux desquelles la passion s'éprend de nous sans se lasser, sans nous lâcher ni même le prétendre. Elle est la muse de mes sons et la lune de mes rivages ne répondant qu'à ses désirs muant mes plages au gré de ses marées incessantes.

Olsen-Burton, Aaron × Ma plus belle chanson, l'amour sous sa forme pure, humaine et perceptible des anges. Chaque jour passant le complète et profile celui qu'il deviendra sous les yeux tendres de cœurs épris du sien de moins en moins fragile.

Wallace, Ashley × Je l'ai choisie et elle m'a choisie au fil de nos sourires s'étant sans doute adopté les premiers. Elle est la famille que je n'avais jamais rencontré jusqu'alors et chacun de ses rires sonne comme une revanche contre mes barreaux occis de tristes souvenirs.

Porter, Wade × Il est un opéra où les talents du cœur défient les océans silencieux et barbares chaque jour, chaque soir. Un héros, une merveille, un ange. Je lui dois tout, et il m'effraie de ne pas savoir le lui rendre.

Turner, Natalie × Une alliée dont je loue chaque jour l'arrivée propice. Mes instincts oubliés surgissent à travers elle et veillent sur ses corps et cœur qu'ils protègent comme ceux d'une nouvelle petite sœur.

Fuifuiiiiiii, *tap tap* × Mon camarade dont la patte chancelante aura scellé mon amitié avec un ange. C'est par lui que tout a commencé, alors qu'il l'adoptait elle tandis que je le recueillais lui. Sorti de cage, il est le symbole libéré de mon cœur de chien.

Stanford, Sahara × Elle complète et creuse le mystère qu'avait su ne plus être la famille Wallace. J'aimerais savoir tutoyer son âme en vrac et accrocher son regard qui immanquablement m'échappe.

Wallace, Alexander × Sofia m'a sauvé le cœur. Ashley m'a sauvé la peau. Alexander lui m'a sauvé l'enfance. Il répare les fissures du temps et de mes traumatismes au fil de nos échanges. Il est le père que la vie m'a pris et semble vouloir me rendre enfin. Il est, en tout, le meilleur des exemples.

Wallace, Jo' × J'aimerais être un aussi bon père et camarade qu'il sait l'être sans effort. Il est l'idéal que j'ai la chance de pouvoir appeler mon ami. Le frère que j'ai passé ma vie à attendre désespérément.

Wallace, Oliver × Un cœur solide et déterminé, hissé sur le fond noir d'un drapeau qui souvent ne fait pas de quartier. Ollie a embarqué sur le même navire que Sofia il y a longtemps et je contemple avec bonheur leur complicité grandissante.

Wallace, Jimmy × Il a été l'un de ceux qui a le plus longtemps essayé de m'intimider quand Ashley m'a ouvert les portes de leur maison. Sa ténacité n'a pas été facile à amadouer mais j'ose espérer que c'est aujourd'hui chose faite.

Wallace, Kieran × Le tout premier Wallace qu'Ashley m'a présenté. Un cœur d'artiste que j'ai mis en musique sans le lui dire. Devoir gagner son approbation m'a aidé à le connaitre et forcer un respect sincère entre nos gammes qui s'attirent.

Wallace, Mary × Une légende qui vit dans l'écho de sa maison. Un chant de sirène dans l'amour de sa fille terrorisée à l'idée du naufrage. Tous les plus beaux traits de ses enfants sommeillent dès lors dans son cœur qui a tout donné, jusqu'à son dernier effort.

Wallace, Maddie × Ce recueil d'innocence et d'énergie se trouve au seuil d'un âge que le mien n'a jamais véritablement connu et je contemple avec émotion le spectacle inouï de son entrée dans l'adolescence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar



Messages : 64


MessageSujet: Re: » charlie « Mer 16 Mar - 13:23

Je suis tellement heureuse de relire du Charlie. Il me manquait.
Et puis, je suis contente, car je me souvenais de l'histoire du vélo, c'est l'une des premières choses que Charlie ait confié à Ashley, pour lui expliquer à quel point le mot "merci" est puissant pour lui.

Et d'ailleurs, j'aime tellement ce qu'il dit d'Ashley. J'aime tellement qu'elle ait été là pour l'accouchement de Sofia, qu'elle ait soutenu son meilleur ami autant qu'il la soutient lui-même. J'aime qu'ils se donnent tout, soient toujours désolés de se demander des faveurs, sachant pourtant que l'autre l'aurait fait même sans demande. J'aime qu'ils soient une famille l'un pour l'autre, surtout sachant à quel point la famille, c'est important pour eux deux.

Oh et j'adore ce qu'il pense de Nat. Je ne m'attendais pas à ce qu'il l'adopte comme ça, j'en suis toute excitée.

Ce forum promet de jolis TP =D


Edit : Mais j'ai oublié de réagir sur la Devise : Tu sais que j'ai couiné, la première fois que j'y ai lu ? Putain, mais le jour où tu as créé cette phrase, t'as franchement bien fait de te lever, quoi !! Elle est tellement poétique, tellement jolie. Et puis elle m'a toujours un peu rappelée "C'est pas une histoire américaine, c'est une ballade irlandaise". Du coup je l'aime encore plus. C'est la devise parfaite, et j'aime que tu n'aies pas pris une devise venant de quelqu'un d'autre, mais quelque chose qui est complètement lui et qui vient complètement de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar



Messages : 35


MessageSujet: Re: » charlie « Mer 16 Mar - 14:20

Merci beaucoup, Warreniste !
Charlie m'avait énormément manqué, à moi aussi. J'ai si hâte de rattraper le temps perdu auprès de lui, j'ai le sentiment de lui devoir beaucoup et notament des heures de complicité où il me laissera s'imiscer dans sa tête pour me faire l'interprète de tout le reste. Il me démange, tant j'ai envie de l'écrire à nouveau.

Pour Ashley et le soir à l'hôpital, j'esperais sans trop m'inquiéter que tu approuves et tu as tout vu exactement comme moi, de la façon dont je l'espèrais. Ils ont un lien si profond à la famille, tous les deux avec leurs parcours opposés, que je n'ai pas pu concevoir cet instant sans elle à ses côtés pour l'aider à rester sur pieds.

Natalie, j'ai cette vision d'elle derrière son bar, pétillante et affable, pas méfiante pour un sous et de Charlie qui veille auprès d'elle, immense et protecteur, prêt à intervenir si quelqu'un l'emmerde ou ne la traite pas avec l'infinie gentillesse qu'elle inspire. À la fois mentor malgré lui et camarade du quotidien. J'envisage leurs échanges avec beaucoup d'impatience moi aussi et il me tarde de les partager avec toi. Je suis vraiment heureuse qu'elle soit de la fête.

Et pour la devise, wow... j'en reviens pas de ce que tu me dis. C'est vrai qu'au moment de choisir une citation, je n'ai pu qu'avoir celle-ci en tête et je me suis dit que, comme elle avait plutôt bien plu au moment où je l'ai écrit (et vive ce jour où je me suis levée, en effet ^^), je pourrais la réutiliser ici parce que je ne conçois pas Charlie autrement qu'à travers cette philosophie qui le résume simplement, mieux qu'aucune autre au monde. Merci du fond du cœur pour tout ce que tu as dit. Quelle belle aventure <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar



Messages : 64


MessageSujet: Re: » charlie « Ven 18 Mar - 15:22

Ah quelle belle liste de liens !!! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar



Messages : 35


MessageSujet: Re: » charlie « Ven 18 Mar - 21:12

N'est-ce pas ! Et j'ai l'étrange sentiment qu'elle n'est pas complète. Avec nous, on ne sait jamais Razz
Et je te retourne le compliment, d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

» charlie «

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» CharlIE :)) dans un beau pull rouge tricoté par Nadine :) Page 2 et 3 :)
» Joyeux Noël Charlie Brown !
» Gears Of War 3 - Parodie pour Charlie
» [TEST] charlie's angels (GameCube)
» Tuto langage : apprenez l'alphabet des pilotes : Alpha, Bravo, Charlie...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
→ ST TRINIAN'S , Where did you get those bruises ? :: → ALL HAIL THE KINGS AND QUEENS ← :: nos personnages-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet