AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ashley Wallace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar



Messages : 64


MessageSujet: Ashley Wallace Mar 15 Mar - 23:16




Ashley "Ash" Wallace



ft Alona Tal


"C'est dans ses rêves que l'homme trouve sa liberté.
réscapé ; nouveau



» Curiculum Vitae «
Cet hôpital a vu mes frères et moi-même naitre en son sein. Ma mère le connaissait par coeur, et était même devenue amie avec quelques personnes faisant partie du personnel. Ils savaient qui elle était quand ils ont du lui demander d'identifier ses parents. Ils savaient qui elle était quand ils ont du la traiter pour sa fausse couche. Ils savaient qui elle était quand elle-même a fini par l'oublier. Ils savent qui elle est, encore aujourd'hui, alors que je ne le sais pas. Mary Wallace est un fantôme qui erre dans cet antre, dans une aile qui me fait peur, car je ne veux pas qu'elle m'accueille. J'ai personnellement de bons souvenirs avec cet hôpital. J'y ai vu des naissances, des guérisons et des espoirs renaître... C'est ce dont je n'ai jamais été témoin qui m'inquiète le plus.


» Son histoire «

J’aimerais raconter ma vie comme mon père le faisait quand j’étais enfant. La commencer par “Il était une fois” et la transformer en conte de fée. J’aimerais en faire un film d’action, une romance, un film d’aventure. Un drame, même. Mais ma vie n’est rien de tout ça, alors parfois, je m’en invente d’autres, juste pour moi, cachée derrière tous mes masques. Je m’invente des péripéties, je m’invente un courage qui vainc tous les obstacles. Je m’invente un combat contre la peur qui vrille constamment mes entrailles. Celle de ne pas être assez forte, de ne pas être assez bien. Celle de devenir folle. Et là, tout de suite, j’aimerais vous raconter une de ces histoires plutôt que d’être honnête, car je vais vous ennuyer.

Je suis officiellement la dernière d’une lignée de cinq enfants. Je dis “officiellement” car il y aurait du y avoir quelqu’un derrière moi. Une autre fille. Mais le Destin en a voulu autrement. Maman était enceinte de plus de cinq mois quand elle a appris que ses parents étaient mort dans un accident de voiture. Si je les ai connus, je ne m’en rappelle plus, car j’avais deux ans quand c’est arrivé. Maman était dévastée et ce coup dur lui a fait perdre son bébé. Et comme elle était loin d’être imperméable au malheur, elle est tombée en dépression. Je n’ai pas compris ce mot, la première qu’on me l’a dit. Il est long et compliqué. Ils ont essayé de me l’expliquer avec des mots simples. Pour maman, cela voulait dire qu’elle était tellement triste que son esprit a préféré lui inventer une autre vie. Mais ça n’allait pas avec celle qu’elle vivait, il y avait un conflit dans sa tête. Une part d’elle savait que l’on était ses enfants, une autre ignorait qui nous étions. Apparemment, elle croyait que nous avions pris la place du bébé qu’elle avait perdu. J’ai compris, quand on m’a dit ça, qu’elle ne pensait pas que Jo, Oliver, Kieran et Jimmy étaient sa fille absente. Seulement moi. Elle croyait que j’étais une créature qui l’avait remplacé. Encore aujourd’hui, je me demande pourquoi ma maman ne me voyait pour celle que j’étais. Toujours est-il qu’ils ont préféré la séparer de moi, de nous. Je m’en suis voulue d’être la raison pour laquelle mes frères se retrouvaient sans maman, même si je ne pouvais pas leur dire. Je m’en suis aussi voulu de ne pas avoir été assez brillante pour qu’elle me reconnaisse, pour la sauver de sa dépression.

Mais heureusement, j’ai la meilleure famille du monde. Mes quatre grands frères et mon papa ont eu à coeur de me protéger de tout. Je ne leur en veux pas de chaperonner la seule fille de la famille qui leur restait, la plus jeune de toute la smala. Et même si j’avoue que j’aurais préféré un peu plus d’espace, ils sont les piliers de mon existence. Leur présence et leur amour me portent et j’espère être en mesure de leur rendre au centuple. Ils sont la raison pour laquelle je n’ai jamais vraiment réussi à m’éloigner du quartier où l’on a grandi, même si d’autres, dans la famille, l’ont fait, pour ne pas nommer Kieran, ce grand aventurier poétique. Il n’a pas hésité à voyager de partout pour prendre les meilleurs clichés et immortaliser un monde qui ne vit pour moi qu’au fil de ses photos. Jo et Jimmy sont aussi restés à Brooklyn, jamais très loin de mon père, leur héros, et de moi. Je suis la protégée du premier et le souffre-douleur du second. Je sais que c’’est par amour, mais pour être honnête je ne sais pas lequel de ces comportements m’exaspère le plus. Oliver, lui, est parti à Manhattan. Il s’est socialement élevé, mais ne nous oublie jamais. Il partage tout avec notre père, qui est un policier retraité, désormais, et ne compte pas les voyages entre la maison familiale et son appartement chic.

Je sais qu’ils me soutiennent tous quoi que je fasse, qu’ils m’estiment plus qu’ils ne le devraient, et pourtant, je sais aussi que je ne parviens pas à rendre justice à la confiance aveugle qu’ils ont en moi. J’essaie au mieux de ne pas me sentir impuissante face à la douleur des autres, d’aider tout ceux que je peux, mais j’ai toujours eu cette petite voix qui me dit qu’ils ne m’aiment que parce qu’ils le doivent, et que je dois faire mes preuves. Alors j’essaie de les faire, à chaque heure de chaque jour, mais je me perds entre les mes rêves et mes réalités. J’ai tellement peur de finir comme maman que je pense que je le deviens un peu plus chaque jour.

Heureusement, outre mes frères et mon père, j’ai d’autres personnes auxquelles je peux m’accrocher.

Sahara, ma cousine, qui avait besoin d’un gardien pour venir vivre à New York. Il n’a pas été aisé de m’en faire accepter comme une figure d'autorité, et je remercie chaque jour le Ciel de m’avoir permis de percer sa garde. Elle donne un but à ma vie alors que j’essaie de l’aider à atteindre le sien. Je me définie grâce à ce que je lui apporte, et me force à être stable pour que son monde ne tremble plus.

Charlie, mon meilleur ami, qui avait besoin d’un ange pour son chien. Dit comme ça, cela peut paraître dérisoire, mais ce chien était une renaissance pour laquelle nous n’avons pas encore trouvé de nom. Appelons le Patate, car c’est ce que je fais quand Charlie ne me regarde pas. Quant à Charlie, appelons-le l’Ange. Il est le seul à qui je confie mes peurs et mes douleurs, et le seul avec qui je me permets d’être entière. Il connaît mes sourires qu’il décrypte sans mal, et j’aime à penser qu’il peut s’appuyer sur moi quand ses jambes ne le portent plus. Je puise mes forces dans les siennes, et je sais qu’il en fait de même. Même si je n’ai pas besoin d’un cinquième frère, il a tout naturellement pris cette place avant même que je sache qu’elle était vacante.

Mes sept anges m’ont donné le courage de passer outre mes insécurités, d’accepter celle que je peux être. Quand j’ai dû affronter l’une de mes pires peurs - l’abandon, ils m’ont portée jusqu’à ce que je comprenne que bordel, je vaux mieux que ça. J’ai stagné en eaux troubles pendant trois ans, mais aujourd’hui, je suis prête à atteindre mon rêve. Il est petit, mais il promet beaucoup de paillettes. Les maternelles aiment bien en mettre dans leur dessins, il paraît.

» Liens & Accointances «

Wallace, Kieran × L'âme d'artiste de mon grand frère a toujours fait de lui mon confident le plus précieux. Il a toujours su quoi dire pour me raisonner ou me soutenir. Ses voyages m'ont privée d'un support précieux, mais mon bonheur est complet à chaque fois qu'il me confirme en image que tout va bien pour lui.

Burton, Charlie × Au hasard d'un sourire, deux âmes se sont comprises et adorées. Un amour de chien a bénie une amitié et j'ai silencieusement promis, il y a bien longtemps, que ce frère trouvé pourra toujours compter sur ma famille qui l'a adopté.

Stanford, Sahara × Le voyage fut hasardeux, mais je l'ai accompli. Si reccueillir ma cousine relevait plus d'une impulsion que d'une réelle vocation, je suis tout de même heureuse d'avoir fait ce choix, car j'ai aujourd'hui sous mon toit ma meilleure amie et ma plus grande fierté.

Olsen, Sofia × Je l'ai d'abord connue par procuration. Son caractère s'est peint sous mes yeux au rythme des descriptions de Charlie et j'ai par conséquent immédiatement aimé la dualité qu'elle représente dans mon esprit : la pureté et la brutalité. Elle l'a sauvé, l'a aimé et ces deux vérités suffisent pour me confirmer qu'il y a forcément du bon en elle, n'en déplaise aux aigris qui ne se concentrent que sur les apparences. Et la vraie beauté de Sofia, c'est qu'elle est honnête, même quand ça fait mal. Je l'admire pour ça.

Austen, Sam × A venir.

Wallace, Jonathan × Je portais encore des couches quand ma maman a du nous quitter. Jo' les changeait quand mon père travaillait. Il m'a appris à lire, à compter et à réciter mes leçons. Il est plus comme un second père pour moi qu'un grand frère et ses épaules solides ont portés nombres de mes fardeaux. Il est mon guide, mon mentor et même si mes envies d'aventure lui ont causé bien du soucis, il a toujours été là quand j'en avais besoin.

Wallace, Oliver × Si quelqu'un a besoin d'un conseil intelligent et réfléchi, c'est vers mon grand frère qu'il faut se tourner. Il ne prend jamais de décisions impulsives, pèse toujours le pour et le contre. C'est lui qui m'a conseillée de prendre le temps de me retrouver lorsque je ne savais plus vraiment qui j'étais. Il a été derrière tous les pas de géant de mon existence et je lui suis reconnaissante de m'avoir toujours appris à faire confiance en mon jugement.

Wallace, Jimmy × Il n'est pas méchant, mais n'est pas un ange non plus. Jimmy est juste cet enfant qui doit s'imposer dans cette famille de géants et il l'a fait en utilisant sont esprit un peu trop retors. Il a vite compris que les beaux rôles avaient déjà été distribués et qu'il devait faire preuve d'un peu plus de machiavelisme pour arriver à ses fins. Il a passé notre enfance à me torturer, mais a toujours été là pour me défendre si qui que ce soit décidait d'en faire de même. Je ne me tourne jamais vers lui si j'ai besoin de conseil ou de me confier, mais c'est vers lui que je vais quand je ne sais plus comment sourire.

Wallace, Alexander × Mon père est un héros, un chevalier, un roi. Je le verrai toujours avec les yeux de la petite fille qu'il croit encore que je suis et pourrais écrire des poèmes commençant comme "Mon papa, c'est le plus fort de tous les papas." (on l'a tous fait.) Il est l'axe autour duquel cette famille tourne. Grand poète, il m'a inventé les plus belles histoires pour illuminer mon quotidien à chaque fois que je réclamais ma maman. J'ai l'intime conviction qu'il vivra éternellement et que rien ne pourra jamais terrasser cette force de la nature. Parce que oui : Mon papa, c'est le plus fort de tous les papas.

Wallace, Mary × Il parait que je lui ressemble. Elle aussi souriait tout le temps, rêvait d'aventure et aimait tous les êtres vivants qu'elle rencontrait. Dans mon esprit, elle se déplace en flottant presque, oréolée de lumière. Elle est comme un ange, et je me demanderai toujours comment elle a pu tomber du ciel, pour s'enfoncer si bas dans les sables mouvants qui l'engloutissent encore. Personne ne le sait, excepté Charlie, mais j'ai la peur atroce de l'accompagner un jour dans sa chute.

Wallace, Giuliano × J'ai toujours pris plaisir à rappeler à cette famille que je n'étais pas la plus jeune de notre génération, même le jour maudit où Gigi a décidé d'être plus grand que moi. Je me suis très vite sentie investie d'une mission, le concernant. Il reste mon petit protégé, celui à qui j'apprends les ficelles du métier de la vie de Wallace. Je n'arrive pas à croire qu'il soit déjà un homme et je comprends en le voyant ce que mes frères doivent ressentir lorsqu'ils me regardent.

Wallace, Madison × Ma petite perle, j'en ai passé des soirées à être sa baby-sitter. Elle en a passé des après-midis à coiffer douloureusement mes cheveux et à essayer de tout faire comme moi. J'ai toujours été fière qu'elle me prenne pour modèle. Et elle est, tout comme moi, fascinée par Sofia et par Charlie. Brave petite.

Wallace, Stephen & Alfia × Tante Alfia a été ma bouée de sauvetage lorsque j'avais besoin d'être guidée dans l'océan de la féminité, à l'adolescence. Lorsque je ne comprenais pas ce qui m'arrivait, ce que je devais faire, comment parler aux garçons, comment naviguer auprès des filles. Oncle Stephen était mon temple à câlins. Je crois bien avoir passé mon enfance dans les bras de mon tonton. Je les aime tous les deux si fort.

Porter, Freddie × J'étais venu devant cet hôpital pour trouver un lien avec ma mère. Et au lieu de ça, je me suis liée avec son psy. Je ne m'y attendais pas, à cette rencontre. Je ne m'attendais pas à ces yeux si plein de tendresse. Je ne m'attendais pas non plus à cette sincérité. Je ne m'attendais pas à rougir à chaque fois qu'il me montre de l'intérêt. Et je me prends à espérer. Je me dis "Peut-être, peut-être..."

Ford, Cherry × On ne m'enlèvera pas de l'idée que Cupidon s'est réincarné en cette fille pour en faire la messagère de l'amour. Elle est l'idéaliste qu'il me faut dans ma vie, surtout quand des abrutis de Dean se barrent du continent. Mais elle est surtout l'idéaliste qu'il faut à Gigi. Mais mettez-vous ensemble, nom d'une Patate !!

Olsen-Burton, Aaron × Une nuit, mon téléphone a sonné : Sofia accouchait. Avant cet appel, j'ignorais qu'un petit être pouvait provoquer autant d'amour. Il m'arrive souvent d'avoir l'impression que je lui dois quelque chose, comme si je ne serai jamais capable de lui donner assez. Ce n'est pas mon enfant, mais je suis fière de savoir que quand il saura parler, il m'appelera "Marraine" et qu'il pourra toujours compter sur moi.

Patate (ou autre... Seul ce chien sait, de toute façon) × Je travaillais chez un vétérinaire pour payer mes études. Ce chien sans nom est arrivé dans les bras de son maître. Je l'ai soigné, puis ai sympathisé avec le maître en question. Au début, tout ce que je voulais était l'aider à nommer son ami à quatre pattes. Puis le temps a passé, les noms ont défilés, tous refusés par l'animal et par Charlie. Aujourd'hui, je l'appelle Patate sans qu'il ne le sache. De toute façon, peu importe, l'essentiel, c'est que l'on s'obéisse et s'apprécie. Je ne sais pas lequel des deux est l'alpha dans l'affaire, mais Patate et moi, on n'a pas besoin de ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar



Messages : 35


MessageSujet: Re: Ashley Wallace Mer 16 Mar - 10:01

Oh mon dieu, j'aime déjà tellement l'introduction à propos de St Trinian's !
Elle est déjà à son image : belle, touchante, humaine, bien écrite, pleine d'espoir et de bon sens. J'aime tant les yeux qu'elle pose sur le monde, c'est une merveille d'avoir pu la faire exister si vite et si fort.
Ashley, Ashley, Ashley ! Je suis si excitée, c'est un bonheur hallucinant de pouvoir la lire à nouveau. Je meurs d'impatience de voir le reste. Et cette liste de liens me fait rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar



Messages : 35


MessageSujet: Re: Ashley Wallace Mer 16 Mar - 22:07

Et. bah. putain. Je suis passée par tous les stades émotifs possibles en lisant cette incroyable présentation (enfin je dis "tous" mais on est d'accord, pas le dégout, ni d'excitation sexuelle ou autre choses inappropriées.) Tu as raison, j'ai l'impression de voir Ashley tout à fait autrement, mais je sais pourtant parfaitement la reconnaitre, comme si elle avait muri dans notre absence auprès d'elle, mais ses sourires me manquent cruellement et il me tarde de les lire à nouveau.

L'introduction est une véritable merveille, je sens son cœur battre d'ici, nous racontant de profondes confidences comme si nous les méritions, avec toutes ces insécurités que j'aimerais chasser de sa tête parfaite, j'ai eu une envie folle de la rejoindre pour la prendre dans mes bras et essayer de lui montrer son reflet tel que je le vois moi. Heureusement que Charlie peut le faire à ma place.

« Je suis officiellement la dernière d’une lignée de cinq enfants. » à ce stade là j'ai réussi à te sortir une dernière blague en mode Père Fourras mais je me suis bien vite calmée, dès la phrase suivante. Quand tu l'as écrit plus haut dans la fiche, c'était une véritable surprise pour moi, je crois n'avoir jamais su pour la fausse couche de leur Maman. Et je n'avais pas eu l'idée de la mettre en relation avec le décès de ses parents... c'est d'une tristesse qui me dévaste la poitrine pour n'y laisser qu'un grand et lourd froid qui stagne et pèse là, à me faire du mal pour eux. « Mais heureusement, j’ai la meilleure famille du monde. » oui heureusement, hein, parce que c'est tout ce qui a su me soulager à ce point. Et j'ai pu lâcher les frissons qui m'avaient pris les bras sans même que je m'en aperçoive.

J'aime toujours tant la façon dont elle parle de chacun de ses frères, de son père, de Sahara. Cette famille pas comme les autres est une merveille, je te loue d'avoir pensé à les créer un jour. J'aime tant l'importance particulière qu'elle apporte à chacun d'eux ayant sa place auprès d'elle et le rôle si fort que joue Sara sans même le savoir.

J'en reviens pas que tu ais déjà su intégrer le nouveau testament, c'est parfait ! « Appelons le Patate. » et j'ai ri comme une gamine à me surprendre moi-même parce qu'il y a deux secondes, j'avais plutôt envie de pleurer. Mais comment tu fais ? C'était un de ces rires qu'on t'arrache en faisant le guignole tandis que tu boudes ou que tu pleures pour un petit bobo, un rire mouillé auquel tu ne t'attends pas. Et c'est l'effet Ashley, que d'être parvenue à aller le chercher celui-là. Tout ce qu'elle pense de Charlie m'émeut énormément et d'autant plus qu'il ressent tout de la même façon et approuverait frénétiquement toutes ces belles pensées.

« Aujourd’hui, je suis prête à atteindre mon rêve. Il est petit, mais il promet beaucoup de paillettes. Les maternelles aiment bien en mettre dans leur dessins, il paraît. » et... wow. Quelle parfaite, parfaite fin ! Une superbe transition pour cette nouvelle vie qu'elle mérite plus que n'importe qui au monde, cette réussite et cet épanouissement dont je meurs d'envie d'être les témoins multiples. Bienvenue au monde, Ashley ! Et quel bonheur de la retrouver, je n'avais pas mesuré l'ampleur du manque que je ressentais avant qu'elle ne nous revienne. Je suis tellement heureuse d'avoir la chance de la lire à nouveau. Vite, vite des RP !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ashley Wallace

Revenir en haut Aller en bas

Ashley Wallace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Wallace et grommit en jeux d'aventure!!
» Carte ALten ashley.
» Nouveau Martin Wallace
» Jeux de guerre de Martin Wallace
» Wallace revisite waterloo
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ ST TRINIAN'S , Where did you get those bruises ? :: → ALL HAIL THE KINGS AND QUEENS ← :: nos personnages-