AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujetRépondre au sujetPartagez|

Connor Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar



Messages : 42


MessageSujet: Connor Williams Ven 25 Mar - 22:51




Connor “Marvel” Williams



ft Dylan O'Brien


« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités »
rescapé ; nouveau



» Carnet de santé «
J'ai appris à conduire sur le tas, quand je suis arrivé à New York, mais j'avais un peu la trouille de me faire choper sans permis. Du coup, j'm'en suis fabriqué un, un truc vraiment bien fait, aussi vrai qu'un vrai. J'ai même réussi à pirater le centre d'examen de la conduite automobile pour rendre tout ça encore plus vrai. Je me le suis permis, parce que je conduis très bien. J'ai fait pareil avec Shanya, parce qu'elle conduit très bien aussi, malgré son manque de pratique. On a jamais eu d'accident. Alors pourquoi, j'en parle ici ? Parce que c'est moi qui l'ai conduite à l'hôpital, le jour où elle a dû identifier Ethan. J'étais là, même si j'ai pas vu le corps. J'y ai conduit Jordan, aussi, quand il allait voir sa grand-mère malade. J'y suis jamais allé pour moi, dans cet hôpital, mais je n'aime pas trop les malheurs qu'il renferme pour mes amis. Et j'espère ne jamais avoir à y conduire pour y visiter ceux que j'aime.


» Son histoire «

« Dis Marvel, si tu viens du Connectinut, pourquoi t’es pas allé vivre à Washington ? Ca aurait été drôle un Marvel à D.C, non ? »

En temps normal, je lui aurais raconté ma vie. Je lui aurais dit que j’y avais pas pensé, parce que je ne m’appelais pas encore Marvel, à l’époque. Que je n’aurais jamais eu ce surnom si j'étais allé à Washington au lieu de venir à New York et que du coup, ça n’aurait pas été si drôle que ça. Je lui aurais dit que j’ai jamais été attiré par Washington, parce que c’est trop prêt de Baltimore et de tous les mauvais souvenirs qui y sont rattachés. Je lui aurais dit que de toute façon, j’ai visité la ville quand j’étais plus jeune, avec l’école. Qu’on est allé à la Maison Blanche, au Capitole, au Lincoln Memorial et que c’est très joli, mais que ce n’est pas si excitant que ça, au final. Je lui aurais dit que je n’aurais pas connu Jordan, Shanya ou Ethan. Ou même Enrique, dont la connerie ridicule rend mes journées moins longues. Je lui aurais dit que j’aime New York et les rencontres que j’y ai faites, la vie que je mène et le fait que sans trop me dépayser, ça reste loin de mon connard de géniteur.

Je lui aurais aussi dit que j’apprécie qu’elle comprenne l’ironie d’un Marvel à DC. Cela dit, ça ne m’étonne pas tant que ça. C’est devenu hype, après tout, d'aimer les super héros.

Mais je n’ai pas le temps de répondre tout ça. Je suis super concentré, là, j’ai une injustice à réparer. Elle me paie pour hacker. Alors je hacke.

« Parce que je n’aurais pas pu t’aider à récupérer ton argent, si je n’étais pas venu à New York »

Je l’ai regardée juste assez longtemps pour établir un contact avec elle puis me suis de nouveau concentrer sur ma tache. Elle a eu l’air d’aimer cette réponse. Cool ! Ca a probablement dû me donner l’air mystérieux et séducteur… C’était pas vraiment l’effet recherché, mais je prends. Elle est mignonne, et elle a l’air de trouver ça sexy de me regarder bosser. Ca aussi, c’est hype de s’amouracher des geeks qui font des trucs illégaux. Je plaisais beaucoup moins aux nanas quand j’avais seize ans et que je débarquais à New York. J’étais encore moins intéressant quand je passais de famille en famille parce que mon connard de père avait perdu ma garde à force d’être un connard, et que ma mère purgeait sa peine de prison parce qu’elle avait tiré sur ledit connard.

« T’es devin, c’est ça ? »

Pas que ça me déplaise de flirter, mais j'suis un mec. J'peux pas faire deux choses à la fois. Il s'avère que j'ai des pare-feu à contourner. C’est dans un compte en banque, que je suis en train de craquer, là, pas sur le site du magasin de pelotes de laine d’à côté. ‘Fin… Je pense ça, mais je ne le dis pas. C’est gentil de sa part de vouloir me tenir compagnie, après tout. Donc je souris, sans quitter l’écran des yeux, cette fois. J'établirai le contact quand j’aurai fini.

« Quelque chose comme ça. »

Non, je ne suis pas devin. Je ne m’attendais pas à trouver une famille ici. Je ne m’attendais pas à me sentir aussi aimé que si ma mère était encore là à essayer de me protéger constamment de mon connard de père. D'ailleurs, je ne m’attendais pas à ce qu’elle se procure une arme à feu auprès d’un trafiquant d’arme faisant affaire avec le club de motard dont mon connard de père faisait partie. J’avais pas vu venir le fait qu’il ait réussi à avoir ma garde alors que ma mère leur avait bien dit qu’il me battait, pendant son procès. Mais après tout, ma mère était une prostituée, tout le monde s’en fichait de ce qu’elle pouvait bien raconter. Et moi, j’avais huit ans. J’y étais pour rien, si les adultes prenaient des décisions cons, parfois.

Enfin, pas tous les adultes. J’en ai connu des biens, quand même. Comme par exemple le prof qui a remarqué mes bleus, qui a refusé de fermer les yeux et grâce à qui j’ai été placé en famille d’accueil, à onze ans. Il était ce qui se rapprochait le plus d’un super héros, pour moi et c’est ce qui m’a donné envie de m’intéresser à eux. Ca, et le premier comics que j’ai jamais possédé, qu’il m’a donné en me disant qu’à mon âge, le pire qui puisse m’arriver, c’était d’arrêter de rêver. J’ai d’ailleurs appris que des truands avaient essayé de s’en prendre à lui, après ça, mais qu’ils n’avaient pas réussi à l’atteindre. Quel brave gars, j’espère que tout va bien pour lui.

[Sonnerie de portable]

J’ai le temps de voir ma sympathique cliente sourire à ma sonnerie tandis que j'attrape mon téléphone avec un regard d’excuse gêné. Elle est cool, ma sonnerie, mais mon niveau de mystère et de séduction a du sérieusement baissé, d’un coup. Je regarde le nom du monstre qui m’a affiché et voit marqué “Shae”. Je fronce les sourcils, imaginant tout de suite le pire et m’empresse de répondre. Y’a forcément une raison pour que Shanya utilise son téléphone.

« Shae ? »

Silence, puis juron.

« Ah ! mais merde, à la fin !! J’te jure, Marvel, le jour où tu m’as donné ce machin, t’aurais mieux fait de te couper le bras. J’voulais pas t’appeler, j’essayais d’appeler mon client. Il est pas à l’adresse indiquée. J’aurais jamais dû t’écouter. J’aurais mieux fait de continuer à servir des verres Chez Joe, peinarde, au lieu de te laisser me créer un permis et de me convaincre de me lancer là-dedans. T’as de la chance que je préfère ma voiture au bar. Même si, j'avoue qu'une tequila, là tout de suite, ça serait pas de refus. Je déteste ce machin. Il m'fait vomir sur les radiateurs. Y’a même pas de touches ! Un téléphone c’est censé avoir des touches, avec des chiffres dessus pour qu’on puisse téléphoner. A quoi ça me sert d’avoir un téléphone, si j’arrive pas à joindre les gens que je veux joindre ? Ces trucs, c’est juste fait pour faciliter le travail des mecs comme toi, hein, avoue ? On a tout sur nos téléphones, comme ça tu… »

Je souris et raccroche. Je sais qu’elle ne m’en voudra pas, elle a quelqu’un à appeler d’urgence, après tout. Si je ne l’arrête pas maintenant, elle va râler pendant des heures. Pas que je n’aime pas l’entendre râler, ou parler, ou quoi que ce soit qui puisse me permettre d’entendre le son de sa voix. Au contraire, j’adore ça. Mais on a tous les deux du travail. Elle pourra toujours m’engueuler ce soir en rentrant au quartier, si le coeur lui en dit toujours. Mais il lui en dira pas. Elle me dira sûrement que j’ai de la chance qu’elle ne sache pas comment rappeler quelqu’un puis elle se calmera. Shanya ne reste jamais en colère bien longtemps, c’est pas dans sa nature. Et c’est l’une des nombreuses choses que j’adore chez elle.

Je l’ai connue quand elle a emménagé au quartier, avec Ethan. Ils étaient de loin les personnes les plus intéressantes que j’ai jamais rencontré. Je les ai adoré à la seconde où ils ont ouvert la bouche. Surtout elle. Je ne l’ai jamais dit, mais je crois que je suis un peu tombé amoureux d’elle, quand j’ai fait sa connaissance. Ca m’a un peu passé ; à force de devoir la traiter comme une soeur, une part de moi a fini par la considérer comme telle. Mais sur le coup, sa verve et ses histoires m’ont séduit, et je dois avouer qu’elle est super jolie, quoiqu’elle était encore un peu trop maigre, à l’époque. Ce qui est normal, quand on sait d’où elle venait. Enrique aussi avait craqué sur elle, mais sa réponse nous a tous calmé. En même temps, Enrique, il sait pas parler aux filles, surtout pas à celles qui ont de la trempe et du répondant. Il sait pas parler à grand monde, faut dire. Et il a de la chance que Shanya n’ait jamais dit à Ethan qu’il avait tenté quelque chose avec elle. Ethan lui aurait fait avaler ses dents, s’il avait su. Il détestait qu’on manque de respect à Shae. Il détestait qu’on manque de respect à qui que ce soit et sans mentir, j’aurais détesté être l’objet de sa colère. Il était aussi grand que Jordy, tout aussi costaud, et avait passé assez de temps dans la rue pour avoir le cuir tanné. Il n’avait pas peur d’entrer physiquement en contact avec les gens qui le méritaient, même si en règle général, il préférait dire des blagues avec son accent irlandais. Il avait toujours un petit sourire accroché à ses lèvres et dégageait une aura de sympathie qui se mariait bien avec son caractère.

Lui aussi, je le croyais intouchable.

Je ne l’ai jamais dit à Shanya, mais je ne me suis jamais vraiment remis de sa mort, même si je ne le connaissais pas depuis longtemps quand c'est arrivé. A peine six mois. J’ai longtemps était obsédé par l’idée de trouver ce qu’il s’était passé. J’ai hacké plusieurs fois le service de police qui gérait l’enquête, pour avoir du nouveau, ai parlé avec tous mes contacts dans la rue, leur ai demandé de parler aux leurs. Mais rien. Alors il a fallu qu’on fasse notre deuil autrement. Mon processus à moi est d’aider Shae à faire le sien. En étant là pour elle et en l’aidant à aller de l’avant. Même si on dirait pas qu’elle a mal, je sais qu’il y a un truc de changé, chez elle. Elle boit beaucoup plus qu’avant, parle de lui en permanence. J’adore l’écouter parler de lui, hein, j’ai l’impression qu’il est toujours là, mais je n'ai pas l’impression qu’elle se soit vraiment faite à l’idée qu’en fait, il ne l’est plus. Elle a l’air un peu perdue, même si elle n’a pas l’air de s’en rendre compte. Elle ne parle plus de l’avenir, comme ils avaient l’habitude de le faire. Je ne crois pas qu’elle sache quoi faire du sien, pour le moment.

« C’est qui, Shae ? »

Je regarde ma charmante cliente d’un air surpris. J’avais oublié qu’elle était là, et je crois qu’elle l’a remarqué. Elle a l’air de s’être empêchée de parler le plus longtemps qu’elle pouvait, mais la curiosité l’a emporté. Y’a même un peu de jalousie, dans le coin de son regard, là, qui me fait dire qu’elle a entendu que mon interlocuteur était une interlocutrice. Je souris. Elle doit pas aimer ne pas être le centre d’attention, alors je concentre la mienne sur elle et lui fait un clin d’oeil

« Une amie. Elle s’est trompée de numéro. C'est pas important. Ce qui l'est, c'est que j’ai une bonne nouvelle. J’ai effectué le premier transfert. »

En fait, j’ai lancé le deuxième transfert juste après avoir raccroché, mais j’ai oublié de lui dire que l’argent n’était plus sur le compte de son ex. Il a entamé son voyage entre les nombreux comptes que j’ai mis en place pour effacer les traces, si jamais cet imbécile avait dans l’idée de porter plainte pour la disparition de la thune qu’il avait lui-même extorqué à ma jolie cliente.

« Tu n’es pas juste un devin, en fait. Tu es une sorte de super héros. »

Je souris mais je suis sceptique. Les super héros ne se font pas payer.

« Ce n’est pas pour rien qu’on m’appelle Marvel. Tu n’imagines pas tout ce que je peux faire. Tu sais que j’ai construit cet ordinateur moi-même, pièce par pièce ? Impressionnant, pas vrai ? »

Elle a un petit rire avant de me prendre la main et de m’embrasser. Cool !

Hey ! Est-ce que ça fait de moi une prostituée ?

» Liens & Accointances «

Turner, Shanya × J'étais assis sur notre muret. On faisait rien, avec les gars, on zonait juste, parce qu'on est la jeunesse perdue des grandes villes d'Amérique. On ne sait pas trop ce qu'on vaut, alors on dit qu'on ne vaut rien. J'étais en train de philosopher silencieusement là dessus quand je les ai vus arriver, Shanya et Ethan. Ils avaient rien qu'un sac à dos chacun, ils avaient l'air de crever la dalle, mais ils nous ont souris. Ils sont venus à notre rencontre. Shanya sautillait sur place, elle nous a avoué qu'elle avait envie de pisser et ça m'a fait sourire qu'elle le dise. Ethan nous a expliqué qu'ils étaient nouveaux, dans le quartier. En fait, ils n'avaient même pas encore emménagé, ils étaient en train de le faire. Je leur ai demandé s'ils avaient besoin d'aide, et Shanya a souri en disant avec une avalanche de mots qu'elle était capable de porter un sac à dos. Et j'me suis dit que ça se voyait, qu'elle en était capable, même si elle était gaulée comme une allumette. Elle est capable de tout, Shanya, rien ne lui fait peur. Elle ne sauve pas de vie, mais je me dis qu'elle pourrait, qu'elle en aurait le courage et la force. Elle aurait le culot de foncer dans le tas, quitte à y laisser des plumes. Et elle en a déjà laissé. Elle m'impressionne et je suis heureux qu'elle soit venue nous dire qu'elle avait envie de pisser, ce jour là.

Forrester, Jordan × Je marchais dans les rues de New York, désœuvré. C'était mon premier jour, je venais de passer quelques heures dans un bus qui puait le fromage pas frais et la transpiration. J'm'étais barré de ma dernière famille d'accueil le matin même. Ils allaient devoir se séparer de moi de toute façon, et j'en avais marre qu'on me trimbale de maison en maison, de famille en famille. J'ai rencontré Jordy par hasard, il était en train de vendre de la beuh à une étudiante de l'université. Je lui en aurais bien acheté aussi, mais j'avais plus assez de thunes, après le voyage en bus et le sandwich. J'suis quand même allé le voir, j'lui ai expliqué ma situation, et j'lui ai dit que je partagerai bien un joint avec lui. Il a accepté, en me disant que les affaires n'étaient pas terribles, aujourd'hui, de toute façon. Pas assez de commandes. Alors il m'a amené au quartier, et on s'est posé sur un banc. On a sympathisé et j'ai tout de suite compris que c'était un mec cool, même s'il sourit que quand il a une faveur à demander. Il a pas masses de raisons de sourire, faut dire, alors j'essaie de lui en donner, tous les jours. On s'est jamais lâché depuis cette rencontre, et c'est grâce à lui que pour la première fois depuis l'âge de onze ans, j'ai eu l'impression d'appartenir à un endroit. Il m'a accueilli dans son monde. C'est mon frère, même si on s'ressemble pas.

Molina, Enrique × Jordy m'a présenté à sa bande de potes le soir même. Ils se connaissaient tous depuis qu'ils étaient mômes, avaient grandi ensemble dans la cours du quartier. Ils étaient quatre, mais les deux autres ont réussi à se barrer, et ils reviennent que de temps en temps pour se rappeler de l'époque où ils étaient des délinquants. Jordy et Enrique sont restés. J'me serais barré aussi si Jordy l'avait fait, parce que faudrait me payer pour que je reste tout seul avec Enrique. Dès qu'il m'a parlé, j'me suis demandé s'il s'était séparé de son cerveau sans s'en rendre compte. Je pense qu'il a dû subir une lobotomie, un jour, mais que sa langue ne le sait pas, parce que y'a pas un truc qu'il dit qui soit pas con comme une feuille morte. Il croit qu'il est en charge, et avec Jordy, on le laisse penser ça, parce qu'on a autre chose à foutre que le contredire. Mais en vrai, on le garde juste parce qu'on saurait pas quoi foutre de lui s'il était pas avec nous. Puis, bon, même si c'est chiant de l'avoir tous les jours à nos côté à faire le chef, j'avoue qu'il vaut mieux l'avoir en "ami" qu'en ennemi. Il dit qu'il l'a pas fait, mais je suis sûr que c'est lui qui a coupé les deux majeurs du mec qui, un jour, lui a fait un fuck. Il a même une arme à feu. Il m'fait un peu penser à mon connard de père, mais ce qui me rassure, c'est que vu sa tronche, son cerveau et comment il s'adresse aux nanas, ce mec n'aura jamais de gamins.

Connolly, Ethan × Des fois, il passait quelques heures avec nous sur notre muret, quand il revenait des Docks, avant d'aller Chez Joe pour pas que Shae fasse le chemin toute seule. Il était toujours fatigué par sa journée de travail, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir son petit sourire, sa répartie et ses blagues. Il nous jouait même des airs de violon quand on lui demandait et putain, il était doué. Un jour, je lui ai demandé pourquoi il était pas resté en Irlande, pourquoi il avait préféré s'envoler vers les Etats-Unis pour finir à la rue. Il m'a dit qu'il l'avait fait parce qu'il le pouvait, et s'est mis à rire. Il était le meilleur quand il s'agissait de remettre Enrique à sa place et j'pense que s'il l'avait voulu, il aurait pu être le chef de la bande. Mais Ethan, ce qu'il voulait, c'était pouvoir être un bon mari et un bon père et rendre sa belle heureuse, parce qu'elle avait tout quitté pour lui. Il en revenait pas, ça se voyait. Il avait une belle âme, et adorait aider les gens qu'il croisait. Il avait vu des trucs que peu d'entre nous avait vu, vécu des trucs que peu de gens avait vécu, et avait une confiance absolu en l'être humain et en notre monde. C'était un chic type. C'est dégueulasse qu'il ne soit plus là.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar



Messages : 35


MessageSujet: Re: Connor Williams Sam 26 Mar - 9:50

Et bien je le trouve parfaitement adorable.
J'aime beaucoup tout ce qu'il pense mais ne dit pas, le rendant profond, cool, calme, aguerri par son jeune parcours mouvementé. C'est une belle âme forte et sympathique, il est si tendre que je me sentais fondre en le lisant. Une très belle découverte que je suis très heureuse de voir épaissir nos rangs.

Ça se sent qu'il est amimoureux de Shanya, dès qu'il commence à parler d'elle. C'est très beau tout ce qu'il dit d'Ethan et j'ai le sentiment qu'il n'a jamais été aussi vrai qu'à travers ces yeux-là. Parce qu'on ne l'avait vu qu'à travers Shanya jusqu'à maintenant, c'était comme une apparition, et voici qu'un deuxième témoignage s'ajoute au sien pour donner plus d'impact encore à son passage sur terre.
Ça m'embête de lire ses prouesses informatiques, parce que j'avais prévu des choses quasiment similaire avec un autre personnage avec que Marvel ne débarque, mais ce n'est pas grave, ils ne se ressemblent en rien et je pense que toutes leurs différences feront qu'on évitera très facilement le doublon.

Il me parait si calme et gentil, drôle et bien intentionné qu'il n'a en effet pas grand chose à envier à ses idoles. Je me demande qui est son préféré, s'il en a un. J'aime énormément le fait qu'il ne soit pas loquace, parce que c'est ce à quoi je m'attendais, et que la façon dont se déroulent ses pensées fait qu'il a l'air parfaitement et indiscutablement généreux, doux et énergique d'une façon que je n'avais jamais eu encore la chance de lire. Je l'aime de tout mon cœur qui espérerait farouchement en être aimé en retour, si j'avais la chance de le connaitre.

En plus en plus, il a une sonnerie génialoïde assortie à son esprit magique. Vive lui. Gloire à Marvel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Connor Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» James Connor Miller
» John Williams
» Mary Faith Williams
» Abigaël Williams || Just Abby.
» [ANNA WILLIAMS]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
→ ST TRINIAN'S , Where did you get those bruises ? :: → ALL HAIL THE KINGS AND QUEENS ← :: nos personnages-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet