AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

« Walking the tightrope × Cherry & Gigi »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar



Messages : 106


MessageSujet: « Walking the tightrope × Cherry & Gigi » Mer 28 Mar - 23:42


Lina m'a dit « Pour qu’une histoire finisse bien, il faut qu’elle ne finisse pas. » et quand je l'ai répété, Ashley m'a répondu « Et les Disney, alors ? » C’est vrai, ça. Et les Disney ? Alors.


La robe de Sofia est étendue sur mon lit, aussi parfaite et époustouflante que sa propriétaire ; elle raconte une histoire que je ne suis pas sûre de saisir mais qui me laisse immanquablement sous le charme, aussi impressionnée qu’effrayée. Elle invoque en moi, l’inventant presque de toutes pièces, un courage millénaire, envié aux valkyries ailées. J’ignore encore si j’aurai le courage de la mettre mais ressens la certitude que l’envie de le faire l’emportera sur mes plus craintives résonances. La voix de Gigi, chantant à tue-tête depuis la pièce attenante, me libère de mes doutes incessants. Je l'accompagne sans y penser, reprenant sous mon souffle ce refrain fait pour deux quand mon téléphone, couché tout à côté de l’objet de mes tourments, accueille un message. Je rifougne, lisant de lui : « Alors elle vient, cette robe de déesse ? » et fouille un instant dans mon catalogue de références littéraires avant de lui répondre « Keep calm, Luigi. » et de le rejoindre, affairé dans ma cuisine.

Je lui avais promis de revenir en portant, fière et métamorphosée,  ma chamboulante tenue de soirée. Mais voilà qu’il se retrouve face au même assortiment dégueulasse qui l’avait accueilli plus tôt, composé de mon t-shirt préféré parce qu’ultra confortable et à ce point magique que cent lavages n’ont pas encore effacé le parfum de Sam, me l’ayant généreusement donné contre son gré, et d’un short en coton que j’avais déniché lors d’une énième sortie avec Ashley où nous n’avions, à nouveau, pas été capables d’acheter ensemble quoi que ce soit d’autre qu’un pyjama chacune. Mais Gigi semble prendre mon dégonflement avec clémence, c’est à peine s’il lève les yeux au ciel. « Est-ce que je te dégoute ? » je lui demande. Il soupire et je le trouve sublime. Il ne me parait rarement aussi viril que lorsqu’il cuisine à ma place pour un homme que j’aime, et que j’ai, mais que je continue d’essayer de séduire quand même. Il me parait tout à fait injuste que, sans fournir le moindre effort, Gigi ressemble à ce que j’ai en face de moi : le fils élégant d’un gangster et son exotique conquête, tandis que j’ai probablement l’air d’être passée au car wash toutes fenêtres ouvertes, violentée par des rouleaux en caoutchouc.  Il va en dégobiller dans les lasagnes. « … Non. » il finit par concéder pour me faire plaisir. Je ne sais pas pourquoi mais je le prends pour un défi alors je m’affaisse, relâchant tous mes muscles et recroquevillant mes mains pour me trouver être, debout, la version fidèle d’un vieillard assis. « Et là ? » J’entends son rire, profond à trouver un écho jusque dans ma poitrine, et peut-être était-ce la réaction que j’attendais puisque je me sens toute disposée à passer à autre chose, nouant mes cheveux dans un volumineux chignon bordélique qui me vaudrait une malédiction sincère et violente de la part de Shane. Sur quatorze générations et-demie, incluant la mort par scorbut d’un lointain cousin qui n’a rien demandé à personne. Si je ne le rebute pas, peut-être que je devrais me montrer ainsi à Wade. Sans artifice, sans préparation ni papier cadeau, rien que moi telle qu’on me découvre avec horreur au réveil. Ce serait fait. J’en souris, gloussant en m’agitant bêtement lorsque je ressens, immédiate et puissante, la certitude qu’il me garderait quand même. Je me languis, geignant un peu, de retrouver son visage et ses yeux doux, les plus expressifs du monde. J’ai l’urgence de poser mes mains sur les siennes, parfaites, qui ont frôlé tant de fois l’horreur qu’elles n’ont rien à envier aux phalanges d’une brute. Il me tarde d’embrasser l’endroit de sa lèvre où sa barbe sature sa douceur d’un brin de piment qui, la contrastant, complimente son infinie tendresse. « T’as pas de soucis à te faire. » s’interpose Gigi dans un haussement de sourcil, « Même une taupe te trouverait belle. » Ooh. Je ne suis pas certaine de comprendre, mais ooh quand même. Je le prends comme il me plait et il me plait d’entendre que, puisqu’il a une parfaite vision, je suis sûre de ne pas effrayer mon Wade.

« Est-ce qu’il t’a déjà vue pleurer ? » me demande mon meilleur ami lorsque je m’attable en cuisinant à ma façon, c’est-à-dire en le laissant faire à ma place. Je repense à notre rencontre et à la détresse que mon Docteur préféré a encaissée, me laissant lui dire merci sous les larmes et un tout premier baiser. « Oui, direct. » je fais un geste de la main comme si j’assénais un taquet à quelqu’un, l’air de dire "boum, pleine gueule". Gigi, à qui le petit pull gris donne le teint doré d’un dieu, dit, soulagé : « Tant mieux. » et je m’offusque, lui prenant une pâte crue pour la mordre, regretter tout de suite et, la recrachant lui dire : « Pourquoi tu le dis comme ça ? Est-ce que je suis horrible, quand je pleure ? » Laide ? Difforme ? Liquide ? Bon dieu ne me dis pas ça maintenant. « Non, mais tu es… » il prend une longue inspiration, l’air de se préparer à prendre un coup et me regarde dans les yeux lorsqu’il me perturbe en me mettant, lui, un gnon : « …pénible. ». Je ne crois pas. « Comment ça ? » Il fait erreur. « Chiante. » Ah ouais ? « Chiante ? » Dis donc. « Casse-couilles. » Bon… « J’ai compris. » Mais ça n’a pas l’air de suffire. « Une pu-tain d’emmerdeuse. » Oh. « Oui bah ça va maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

« Walking the tightrope × Cherry & Gigi »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Vends 8 tomes du Comic "Walking Dead"
» GIGI a craqué pour RUFUS STEAMPUNK
» Walking Dead
» L'Ello OOAK par Corolle pour Gigi est arrivée :
» les 2 lizette sont arrivées chez Gigi
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
→ ST TRINIAN'S , Where did you get those bruises ? :: 
→ UNTOLD STORIES ←
 :: il était une fois...
-